03/03/2017

Montségur 15 jours de trêve... mars 1244

Montségur, les cathares, commémoration, catharisme

"La nuit touche à sa fin et l’horizon bleu se teint de pourpre. Les dernières étoiles semblent balayées, effacées une à une par un grand vent glacial. Du côté de Carcassonne, les dernières brumes s’accrochent aux collines. Autour de Montségur, les montagnes blanches de neige échappent à la grisaille de la nuit. L’étoile du matin, Lugan, est la dernière à briller dans le ciel, la dernière porteuse de lumière, l’étoile des anges déchus pour leurs derniers moments.

 Au bas du pog, les feux de la nuit ne se sont pas éteints. On entend les voix des soldats et le cliquetis de leurs armes, ils montent !

Devant leurs maisons, bons hommes et bonnes femmes sont là. Ils attendent, réveillés d’une nuit sans sommeil et sans rêves, ce rendez-vous avec la mort comme une ultime délivrance des morsures de la neige et du froid. L’évêque Bertrand Marty a prêché une dernière fois que le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde et que l’Esprit Saint viendra, jusqu’au cœur des flammes, délivrer du mal les amis de Dieu. Les âmes des justes seront accueillies par des anges de lumière et conduites au ciel auprès du Père céleste. Une prière, comme un chant monte doucement :

 « Père Saint Dieu juste des bons esprits, donne nous de connaître ce que tu connais et d’aimer ce que tu aimes. »

Extrait: Il était une foi, Montségur CS éditions.