18/05/2016

Avec Anne Brenon, « De nouveaux éclairages sur la dernière église cathare occitane : le codex cathare de Lyon »

Anne Brenon, rituel cathare de Lyon, Peire Authier, Circaed, Cité de Carcassonne, Château comptal, Monuments-nationaux

LE RITUEL CATHARE OCCITAN DE LYON

« Les rendez-vous du Patrimoine »

« De nouveaux éclairages sur la dernière église cathare occitane : le codex cathare de Lyon »

Jeudi 19 mai 2016 à 18h30, à la Cité de Carcassonne (Château Comtal)

Conférence

Conférence animé par Anne Brenon : Archiviste Paléographe /Conservateur honoraire, Archives de

France / CIRCAED (Collectif International de Recherche sur le Catharisme et les Dissidences)

Dans les premières années du XIVe siècle, au moment d’être définitivement éradiquée par

l’Inquisition, la dissidence des bons hommes, dite « cathare », bénéficie d’une tentative de

restauration bien structurée, conduite par un homme d’envergure, Pèire Autier, ancien notaire du

comte de Foix, devenu religieux clandestin – il sera brûlé en avril 1310. Les archives de l’Inquisition

éclairent en profondeur ces épisodes dramatiques. La confrontation des sources judiciaires avec un

manuscrit cathare original qui leur est contemporain : le fameux codex de Lyon (Nouveau Testament

et Rituel en occitan), ajoute, de manière étonnamment précise, un élément clef au dossier.

C’est le fruit d’une recherche très novatrice, menée en partenariat avec de jeunes chercheurs

internationaux (autour de David Zbiral, Université de Brno, République tchèque), qui sera présentée

ici. De la mission de Pèire Autier, de la volonté de restructuration de la dernière Eglise cathare

occitane, un témoin nous est sans doute parvenu.

Conférence gratuite, nombre de place limitée, réservation conseillée.

Informations et réservations au 04 68 11 70 72 ou par mail à

carcassonne-réservation@monuments-nationaux.fr

 

 

 

 

09/11/2014

Un souvenir de René Nelli

René Nelli,Carcassonne, les cathares, Montségur, Fanita de Pierrefeu

René Nelli est un des grands poètes français et occitan... Je ne me lasse jamais de lire son oeuvre inspirée notamment par le haut lieu de Montségur, dont il se disait: "le prince" car lorsqu'il arrivait le temps s'améliorait et le soleil brillait. J'avais une vingtaine d'années et je vivais chez Fanita de Pierrefeu, "la comtesse de Montségur" comme on l'appelait.. Elle était vraiment comtesse mais avant tout une grand amie chez qui René Nelli et d'autres venaient se ressourcer, parler des cathares, partager le temps et l'amitié près de la grande cheminée de l'Hestia.

Puis Fanita est morte, et à son enterrement René Nelli m'a serré dans ses bras ému et les larmes dans les yeux. J'avais promis à Fanita de continuer après elle à m'occuper et à défendre les cathares. ce que je fis et ce que je fais encore. rené Nelli avait laissé comme testament spirituel, la création d'un Centre national d'Etudes cathares qui devait et a été dirigé par son amie l'historienne archiviste Anne Brenon.

Ce fut un grand succès jusqu'au jour ou faisant probablement trop confiance à des personnes très arrivistes le Anne Brenon a été poussée dehors puis a démissionné du comité scientifique... mais l'aventure n'a pas duré longtemps, remplacée par une jeune historienne Pilar Jimenez celle ci a connu le même sort et les derniers scientifiques et historiens du catharisme ont démissionné à leur tour... Puis malgré cela le CEC continuait son chemin subventionné par le CG 11.  On notera qu'il vendait aussi des livres par correspondances...Puis malgré cette activité lucrative et les centaines d'adhérents qui payaient une jolie cotisation, ce fut le dépot de bilan..plutot que la dissolution. Hélas tout le fond documentaire qui était destiné aux archives départementales en cas de dissolution allait-il disparaitre. Heureusement le CG 11 a réussi à racheter ce fond qui est ainsi resté dans le domaine public... Une nouvelle association d'études cathares a perduré et perdure encore dans les locaux de la maison des mémoires...Mais l'Histoire du catharisme est toujours bien vivante au sein d'une association, d'un collectif international de chercheurs et d'historiens travaillant désormais bénévolement sur les hérésies médiévales et dissidences historiques, le CIRCAED. A la tête de cette association les deux amies Anne Brenon et Pilar Jimenez qui ont relevé la tête pour rendre finalement à René Nelli l'estime qu'il avait pour une recherche humaniste, scientifique et désintéressée...

Je me souviens de René Nelli d'un repas chez Couquet...et de larmes  brillantes dans ses yeux.